Quand le porno pallie une vie sexuelle de couple misérable…

Insatisfaction sexuelle

Je ne sais pas si je fais bien de vous en parler.

Le risque, c’est d’introduire le poison de la suspicion au sein des couples. Le bénéfice, c’est de libérer de (très nombreux) hommes du ver qui les ronge.

Je voudrais vous parler d’un cas bien précis, celui que je rencontre le plus souvent dans le cadre de mes consultations quand monsieur est envoyé chez moi par madame…

Généralement, les femmes de ces hommes ont un point commun : elles étaient à mille lieux d’imaginer que leur mari puisse faire une chose pareille ! Non, ça se passe chez les autres.

Pour elle, sa famille était réussie et son couple allait bien. Mis à part, c’est vrai, qu’elle n’a pas ou peu de plaisir sexuel… Ça fait même longtemps qu’elle dit à son mari pouvoir facilement se passer de sexe : « Mes amies sont comme moi… C’est toi qui a un problème ! ».

La sexualité, pour elle, est un détail par rapport à l’ensemble de ce qu’ils partagent tous les deux.

Ce qui me frappe le plus, c’est le déni de ces femmes et leur mépris de la sexualité. Le jour où elles découvrent la consommation de pornographie de leur mari, elles sont dans la condamnation alors qu’en réalité, elles ont une part de responsabilité. Voilà pourquoi je me décide à en parler.

Cet été, elle partira comme chaque année en vacances chez ses parents avec les enfants pendant que lui restera à la maison pour travailler. Pendant son absence, il consommera de la pornographie un peu plus que d’habitude. Souvent aussi des prostitués, ou des rencontres via les applis. Il se dira ensuite qu’il a un problème, puisque sa femme le pense et que ce qu’il fait est contraire à son engagement de mariage. Et puis, il regardait déjà du porno avant de se marier, c’est bien la preuve, se dit-il, que ça n’a rien à voir avec sa femme…

Un jour, elle découvrira sa consommation. Elle pleurera de déception, avec cette impression que son monde s’effondre. Elle lui dira : « Va te faire soigner ! » et lui, penaud, obéira. Il arrêtera pendant quelques temps, puis retombera. Il ne lui en parlera pas, par peur de la blesser, par peur d’être rejeté… Jusqu’à la prochaine fois qu’elle le surprendra! La confiance brisée à nouveau, le couple s’en remettra difficilement sans aide extérieure.

Oui, il a découvert la pornographie avant de se marier. Mais cet homme-là, s’il consomme du porno, c’est parce qu’il est profondément insatisfait de sa vie sexuelle avec sa femme et qu’il a lâché l’affaire avec elle… Tant que leur vie sexuelle ne chargera pas profondément, il retombera dans la pornographie bien qu’il ne le souhaite pas!

Avoir pour épouse une femme résignée face à son absence de plaisir et de désir sexuel, pire, qui te dit que c’est toi qui a un problème avec le sexe… Quelle plaie!

J’ai une infinie empathie pour ces hommes: il se sent coupable de désirer une vie sexuelle épanouissante alors que son désir est légitime. Son désir est beau, il est bon.

Son enjeu à lui, c’est de faire preuve de courage. Courage de lui dire la vérité, courage de lui dire ou redire à quel point la pauvreté (voire l’inexistence) de leur vie sexuelle le fait souffrir, courage de lui dire qu’il désire vivre une vie sexuelle épanouie et qu’il veut s’en donner les moyens.

Son enjeu à elle, c’est de faire preuve d’humilité. Cesser d’accuser l’autre, oser se remettre en question, décider de déverrouiller ce qui la bloque dans la sexualité et, le plus important, accepter d’en parler, de se faire aider…

Pour vous, j’ai créé ce parcours en ligne sur la pornographie. Vivez-le ! Faites-le ensemble ! Ce n’est pas son problème, c’est votre problème.

DÉCOUVRIR LE PARCOURS

Quand les vrais sujets que cachent la consommation de pornographie vont enfin remonter à la surface, c’est là qu’il sera important de demander de l’aide à un thérapeute.

Courage & humilité !

T.  

Parcours thérapeutique digital

Pour en finir avec la pornographie
  • Vous en regardez
  • Vous êtes un proche de quelqu'un qui en consomme
  • Vous aidez des personnes exposées à la pornographie
Nouveauté

Vous devriez aimer