Témoignage: “J’ai emmené Barack Obama en thérapie de couple”


La thérapie de couple m’a permis de mieux appréhender mon bonheur en tant qu’épouse. Mais c’est sacrément dur. C’est dur de faire coïncider deux vies.

Michelle Obama, Becoming.

Dans Becoming le livre mais aussi le documentaire sur Netflix, Michelle Obama se confie sur son couple et c’est édifiant.

Il était tellement différent de moi. Il me bousculait à plusieurs niveaux. Je savais qu’il avait la puissance d’un tsunami et que si je ne le préparais pas, je serais submergée. Je ne voulais pas me contenter de l’amener à ses rêves.

Donc ça m’a demandé beaucoup de travail et de réflexion et j’ai fini par quitter le droit.

Michelle Obama, Becoming.

Je ne serais pas ici sans le soutien infaillible de ma meilleure amie depuis 16 ans, le pilier de notre famille, l’amour de ma vie, la nouvelle première dame, Michelle Obama

Barack Obama


Notre couple a toujours reposé sur le partenariat. Si je voulais être l’égale de cet homme aux idées très arrêtées, il fallait que je m’affirme, que je prépare le terrain pour qu’on soit à coup sûr sur le même pied d’égalité.
C’est la naissance de nos enfants qui a tout changé. Je n’étais pas entièrement prête. Donc ça a compliqué les choses.

Il a fallu que j’abandonne mes aspirations et mes rêves. Je ne l’ai pas fait parce qu’il m’a demandé de quitter mon travail mais parce que je ne pouvais pas tout gérer. Donc mes rêves se sont atténués, ils sont passés au second plan.

Michelle Obama, Becoming.

La journaliste lui demande ensuite: “La thérapie a marché pour vous? J’ai vu 5 conseillers et ça n’a pas marché. Vous êtes allés voir qui? J’aurais dû voir le même! C’était utile? Parce que l’on s’imagine que le but d’un conseiller conjugal est de définir qui des deux à tort ou à raison.”


Ce qui est très frustrant c’est que j’ai emmené Barack en thérapie de couple pour qu’il change. Je ne comprenais pas pourquoi le conseiller s’adressait à moi. J’étais parfaite. C’était lui, le problème!


J’ai appris quelque chose qui m’a aidée et qui a aidé notre mariage.
C’est l’idée que mon bonheur ne dépend pas de sa faculté à me rendre heureuse. Et je pense que c’est surtout là que ça coinçait.


J’en voulais à Barack de prioriser ses besoins. Il faisait du sport, et je gardait les petites. où il trouvait le temps de faire ça ? alors, au lieu de m’énerver quand il allait à la salle de sport, je me suis mise à y aller aussi. 

Michelle Obama, Becoming.

Vous devriez aimer