accouchement, contraception, écologie, méthode naturelle, parent, Question

Question: les méthodes naturelles pendant l’allaitement: on fait comment?

3 juin 2014
20140605-145014

« J’allaite, je n’ai pas eu mon retour de couches, mais ma fille commence à faire ses nuits… Même si nous désirons avoir d’autres enfants par la suite, il semble préférable qu’ils aient plus de 10 mois d’écart. Je n’ai pas vraiment confiance dans mes observations, mon état de mère allaitante étant tout nouveau pour moi, le seul contraceptif naturel est-il l’abstinence? »

Question posée via la page contact.

Ce n’est pas une période facile, je comprends très bien votre inquiétude mais nous avons aujourd’hui des connaissances qui peuvent aider à maîtriser la fécondité après la naissance d’un enfant.

Tout d’abord, il faut savoir que l’allaitement bloque l’ovulation sous certaines conditions:

L’allaitement doit être complet (l’enfant est nourri exclusivement au sein) avec au minimum 6 tétées par jour à maximum six heures d’intervalle, pendant les six premiers mois de l’enfant
et en l’absence du retour de couches (de saignements menstruels).

Tant que ces conditions sont strictement respectées, l’ovulation est bloquée.

Par conséquent, le jour où les parents se réjouissent parce que leur enfant « fait ses nuits » (c’est-à-dire qu’il dort plus de six heures d’affilées), ça veut dire que l’ovulation peux revenir ! Watch out!

À ce moment-là, et pas avant (donc profitez-en!), reprenez vos observations pour repérer l’arrivée de la période ovulatoire.

Chaque jour se demander et noter:
– qu’est-ce que j’observe ? De la glaire? Des pertes blanches? Rien?
– qu’est-ce que je ressens au niveau de la vulve? Je me sens sèche? Je me sens mouillée?

Tant que les signes de fertilité ne sont pas observés, appliquez les conseils de la période pré-ovulatoire c’est-à-dire : union sexuelle un jour sur deux et le soir (pour se laisser dans la journée le temps de s’observer).

En cas de doute on peut y ajouter des tests urinaires d’ovulation (à acheter en pharmacie) pour vérifier ses observations.

Cette période, avant que l’ovulation ne revienne, a une durée très variable d’une femme à l’autre et en fonction de la fréquence de l’allaitement.

Donc, l’abstinence sexuelle n’est absolument pas de rigueur pendant cette période ! Les jeunes parents peuvent se retrouver, à leur rythme et sans l’angoisse d’une nouvelle grossesse (en tenant compte des conditions ci-dessus).

Mais ce qui n’est franchement pas facile, c’est que cette période peut durer (parfois des mois) et que les prescriptions pour guetter une nouvelle ovulation sont contraignantes lorsque la fatigue se fait ressentir et les moments à deux sont de plus en plus rares…

Pour celles et ceux qui n’y verraient pas d’obstacle moral ou religieux, l’usage des préservatifs peut parfois servir de palliatif pour se retrouver et on sait à quel point il est important que les jeunes parents ne s’oublient pas « dans » leurs enfants et se retrouvent femme et homme pour reformer peu à peu leur couple. (Bref, je reparlerai de la sexualité après bébé! )

Mais l’usage du préservatif vient modifier les observations au niveau de la glaire cervicale ce qui, au final, n’est pas forcément une bonne aide…

S’il vous reste des questions, n’hésitez pas à m’écrire ou à venir me rencontrer pour en parler plus précisément.

Surtout, ne restez pas seule, ne faites pas de « bricolage », ne renoncez pas en vous abstenant sexuellement… Nous sommes, je le répète, en 2014 : on peut vivre cette période spéciale dans la vie d’une femme et d’un couple.

Pour celles et ceux qui auraient des informations complémentaires, n’hésitez pas à nous les partager dans les commentaires!

Bien à vous,

T.

20140605-145014.jpg

Vous pourriez aimer également

5 Commentaires

  • Reply Clotilde 5 juin 2014 at 8 h 27 min

    Il faut aussi que les tétées soient « efficaces »…. et une seule nuit complète fait sortir de ces critères…. ce qui finalement peut être plus stressant que de rependre les observations de la glaire dès les premiers mois (je l’ai vécu ainsi… et c’est d’ailleurs ce que la méthode que nous suivons propose).

    Si les signes de la fertilité (glaire notamment) ne sont pas faciles à interpréter, et engendre du stress et des longues périodes d’abstinence, le meilleur conseil ne serait-il pas d’aller voir des moniteurs des Méthodes Naturelles, formés pour aider les couples à comprendre leur fertilité dans ces périodes pas faciles ?
    (je suis monitrice :-D )

    • Reply Thérèse Hargot 5 juin 2014 at 8 h 29 min

      Oui!!! J’aurais du l’écrire et merci de le rappeler: allez voir une monitrice pour vous aider! Il en existe, elles sont formées pour ça!

  • Reply Lola 5 juin 2014 at 8 h 32 min

    Super intéressant, comme d’habitude!
    Pour plus de précisions, on peut consulter le site de la Leche League
    http://www.lllfrance.org/Allaiter-Aujourd-hui/AA-60-Allaitement-et-fertilite.html

    Deux remarques :
    – attention à l’utilisation de tétines, sucettes, etc. qui peuvent modifier l’allaitement et donc la fertilité / le moment du retour de couches
    – après une première expérience d’allaitement exclusif de + de 6 mois, on peut déterminer si l’allaitement est « bloquant » ( voir ici http://www.methodes-naturelles.fr/documents-a-telecharger/…pdf/at…/file)

    Merci Thérèse !

    • Reply Claire-Marie 5 juin 2014 at 10 h 07 min

      Merci pour ce super post !
      Une réponse à la seconde remarque de Lola : il ne faut pas se fier à la première expérience d’allaitement. Dans mon cas perso, j’ai déjà vécu 5 allaitements, tous différents (des retours de couche alors que bébé était allaité complètement toutes les six heures maxi, ou bien l’autre extrême, un retour de couche qui ne vient qu’aux 10 mois du bébé, avec un sevrage à 9 mois)

      Le mieux est de s’observer dès la fin de la période d’infertilité certaine, qui est de 5 semaines après la naissance quand bébé est allaité.
      Je souligne moi aussi l’importance d’être accompagné par une monitrice, pour évaluer son profil infécond et vivre ainsi plus sereinement cette période.
      Ne jamais vivre cette période seuls, une monitrice est tellement rassurante !!

      Je suis monitrice moi aussi !! de la méthode Billings.

  • Reply Angelina 8 juin 2014 at 6 h 39 min

    Il me semble peu prudent de recommander une vie sexuelle sans contraceptif pendant l’allaitement. Personnellement, allaitement exclusif toutes les 2 heures jour et nuit…et retour de couches au bout de 45 jours. Toutes les femmes sont différentes mais il me semble qu’ il vaut mieux éviter de jouer avec le feu si on ne veut vraiment pas d’un autre enfant tout de suite. Et je rebondis sur les commentaires précédents : mon premier allaitement espaçait plus les tétées et pourtant retour de couches plus tardif. Je crois qu’ il n’y a pas de règle en la matière…

  • Répondre

    Newsletter