adolescent, Célibataire, Désir sexuel, Question

Question: je me masturbe et je veux arrêter!

30 octobre 2013

« J’ai 20 ans, des valeurs chrétiennes, et cependant je me masturbe. Je veux arrêter, mais comment faire? La volonté est si faible dans ces cas là! » telle est la question qui m’est posée par une jeune fille via la page contact.

Pour te répondre, il faut d’abord reconnaître le fait: la masturbation détend. Oui, le plaisir sexuel apaise et c’est quelque chose de bon. Mais si j’ai besoin de me soulager, c’est qu’il y a en moi une tension.

Cette tension n’a pas d’origine sexuelle. Elle vient en fait des stress et frustrations accumulés dans la journée. Elle vient aussi souvent d’angoisses qui peuvent remonter à l’enfance. Il y a comme un mal-être passager ou profond qui crée la pulsion. C’est la même chose pour la boulimie ou la cigarette, par exemple.

Le propre de la masturbation c’est que le plaisir est recherché pour lui-même en stimulant ses zones érogènes. Il n’est pas le « couronnement » d’une relation sexuelle. On peut donc se masturber à plusieurs. On peut aussi se masturber en utilisant la corps de l’autre. Combien de femmes n’ai-je pas entendu me dire: « j’ai l’impression que mon mari se masturbe en moi »!

Mais ce plaisir laisse un goût amer, renvoie à sa solitude et suscite une certaine culpabilité. Le soulagement est donc de courte durée et l’envie de recommencer s’impose à nouveau. La masturbation devient souvent alors une addiction. On le reconnaît quand elle se vit de manière compulsive.

Pour sortir de ce cercle vicieux, il faut d’abord reconnaître son intention positive: de quoi ai-je besoin de me détendre, de me soulager, de m’apaiser?

Premièrement tu verbalises, avec l’aide de quelqu’un s’il le faut. Deuxièmement, tu établis une liste de plaisirs, une sorte de « boîte à caresse », aussi diversifiés et facile d’accès que possible: prendre un bain chaud à la bougie, lire un magazine, manger une glace au chocolat, courir faire un tour de parc, appeler une amie, écouter de la musique, etc.

A chaque fois que tu sens l’envie monter, au lieu de te dire « il ne faut pas, c’est pas bien », tu te dis : « j’ai des raisons légitimes d’être tendue, j’arrête de me juger ou de me réfréner et je prends le temps de me détendre ». Tu puises dans ta « boite à caresse » une nouvelle idée au lieu de toujours te caresser par flemme et facilité…

Il faut accepter que ça prend du temps de sortir d’une habitude… S’exprimer et diversifier les plaisirs c’est quelque chose qui s’apprend.

Je ne crois en aucun cas que sortir de la masturbation soit une question de volonté. Elle est vaine si les émotions et les pulsions ne sont pas écoutées, considérées et si on ne cherche pas à répondre à ses besoins profonds.

T.

PS: si vous aussi vous avez une question, écrivez-moi via ma page contact.

20131018-172155.jpg

Vous pourriez aimer également

4 Commentaires

Répondre

Newsletter