conseil sexo, Dysfonction sexuelle, Pornographie

Conseil sexo: lui apprendre à vous donner du plaisir

5 juin 2013
20130605-105019

« Ça m’énerve, elle ne sait pas comment faire! Je suis frustré, elle est vexée. Du coup, c’est de pire en pire. J’ai pourtant connu d’autres femmes avec qui ça se passait bien, avec qui c’était plus naturel… Elle devrait savoir, non? Sincèrement, vous ne pouvez pas lui apprendre vous? » Combien d’hommes m’ont déjà fait cette confidence et terminé par cette demande? La version féminine est tout aussi fréquente: « c’est fou, il n’y arrive pas! Intérieurement je bouillonne… je ne supporte plus sa maladresse! »

Oh, ne sous-estimez pas cette insatisfaction et ne renvoyez pas d’un revers de clic mon billet!

Vous auriez tort de la prendre à la légère et de laisser s’en charger les magazines féminins les plus racoleurs… La pornographie, les objets sexuels et la prostitution prennent alors des rôles d’éducateur, de palliatif ou d’aide soignant. En apparence, seulement. Car en réalité, ces moyens sont un placebo qui renforcent la frustration: la technique calme, elle ne comble pas.

Le ressentiment au sein du couple peut être puissant, à l’origine d’une séparation. Or, ils voulaient s’aimer.

Cette déception est en fait un révélateur qu’il faut savoir décrypter, sans méprise.

D’abord le fait: « les gestes qu’il ou elle pose sur mon corps ne m’apportent pas la satisfaction espérée ». Le sentiment qui habite: « je me sens frustré(e) et déçu(e) à la fois ». La raison? « Déjà physiquement, je suis en tension! Et puis, j’aimerais qu’il ou elle sache comment me faire plaisir ». Pourquoi? « Parce que j’ai besoin de vivre des moments de bien-être et surtout de savoir qu’il ou elle me connait… Ce serait le signe qu’il ou elle m’aime! »

Je me permets de demander: « avez-vous déjà pris le temps de lui apprendre les gestes qui vous enivrent? ». On me répond à tous les coups: « je voudrais qu’il ou elle sache, devine! » Deviner, c’est le privilège des relations homosexuelles. Instinctivement, ils savent comment faire puisque leur corps partage une même sensibilité (de base), le même fonctionnement. Mais l’homme et la femme sont fondamentalement différents.

« Et puis, je n’ai pas envie blesser! » poursuivent-ils systématiquement. Pensez-vous vraiment que par frustration, abandonner, « s’occuper de soi-même », consommer de la pornographie, être infidèle ou consulter une prostituée blesse moins que d’exprimer à l’autre verbalement ses envies? L’expérience prouve le contraire, je vous le garantis!

Retenez définitivement ce premier principe: dans l’intimité sexuelle, si vous ne lui dites pas ce qui vous fait plaisir, l’autre ne peut pas savoir! Et le second qui en découle: le bon amant, la bonne amante, est celui ou celle capable d’être à l’écoute de l’autre!

Du fond, le secret est simple: il faut communiquer!

Alors arrêtez de simuler et parlez!

Certes, il y a la communication verbale. Les couples sexuellement heureux sont ceux capables de parler de leurs unions sexuelles, de leurs désirs et plaisirs. Pour ça, on supprime définitivement tous les mots techniques pour réinventer un vocabulaire commun. On ose dire précisément ce qu’on a aimé (« j’aime quand tu fais ça, comme ça »), on explicite ses sensations (« ça me fait…, ça me procure… »), on exprime sa gratitude (« merci, j’adore ça! »), on partage ses désirs (« j’aimerais beaucoup que tu fasses ça, comme ça…).

Et puis, il y a une communication plus sensuelle. Par exemple, posez votre main très légèrement sur celle de l’autre et emmenez-là où vous voulez, comme vous le souhaitez. Ainsi, vous apprenez délicatement à l’autre comment vous approcher physiquement. Guidez votre amour pour lui faire découvrir votre corps!

La découverte est progressive. Et dans cette dynamique de couple, elle est infinie. On cherche, expérimente, change… on s’ajuste aussi, toujours et sans cesse à l’autre, à sa sensibilité du moment.

Sous prétexte de ne pas vouloir utiliser l’autre, nombreux sont les couples qui n’osent pas développer cette connaissance et prendre les moyens pour l’affiner. Pourtant, se donner et recevoir l’autre, requiert une communication précise et concrète sur le plaisir. Cette connaissance du fonctionnement et de la sensibilité de l’autre permet de « faire l’amour » au sens de produire et de renforcer l’amour. Ces conseils renforcent la relation inter-personnelle: ce sont deux « je » qui s’accordent.

Si vous éprouvez des résistances pour vous exprimer, vous ne vous sentez pas écouté ou vous n’arrivez pas à écouter l’autre: n’hésitez pas à m’en parler via la page contact.

T.

20130605-105019.jpg

Vous pourriez aimer également

3 Commentaires

  • Reply Les effets négatifs de la théologie du corps « Théologie du corps .com 8 novembre 2013 at 9 h 46 min

    […] lui apprendre à vous donner du plaisir […]

  • Reply Cécile 16 octobre 2014 at 9 h 40 min

    « Deviner, c’est le privilège des relations homosexuelles. Instinctivement, ils savent comment faire puisque leur corps partage une même sensibilité (de base), le même fonctionnement.  »

    Même dans une relation homosexuelle, il faut communiquer. Parce que s’il y a – comme vous le soulignez – des différences entre plaisir féminin et plaisir masculin, il n’existe pas pour autant un unique plaisir féminin et un unique plaisir masculin. Ce qui donnera du plaisir à Claudine n’en donnera pas du tout à Louise, pareillement pour Paul et Jean !

    • Reply Thérèse Hargot 20 octobre 2014 at 14 h 54 min

      C’est très juste, merci de le préciser. Vous manifestez par là que le plaisir n’est pas qu’une question technique ou mécanique.

    Répondre

    Newsletter