Billet d'humeur, maman, parent

De retour à l’école, les vacances commencent! 1/3

19 février 2013
Les parcs

Ça y est, ils sont tous repartis.  Le mari dans sa tour à Midtown, les enfants à l’école et le bébé chez sa nanny: les vacances commencent enfin!

Mais non, mon travail n’est pas un loisir. Mais oui, j’aime ma famille. Et c’est vrai, je parle comme toutes les mères! Seulement, vous êtes vous déjà demandé pourquoi les mamans disent toujours ça après les vacances scolaires? Enfin… à une exception près: pas quand elles reviennent du Club Med!

Et pourtant, le programme des vacances était sympa: ski, patins à glace, musées… A ça oui, c’était « sympa »! Si on regarde les choses de ce côté-là, la vie d’une mère est « hyper sympa ». Pensez donc! On la passe dans les parcs ou à la piscine, à faire des découpages et des châteaux de sable. Que demande le peuple? Franchement, quand tu penses que les pères labourent les champs (euh, j’veux dire leur clavier d’ordinateur), qu’ils partent à la guerre  ( j’veux dire attaquer des nouveaux marchés depuis les tours de châteaux de La Défense ou Manhattan), tout ça pour protéger femme et enfants (enfin, pour gagner de l’argent), s’occuper de sa progéniture est un jeu d’enfant!

Alors pourquoi est-ce si rarement des vacances pour les parents?

Derrière les apparences, il y a une vraie expérience de dépouillement, une impression de se vider, un désert intellectuel et spirituel qui est vécu dans le silence.

Oups, il est prèsque 11 heures! Je dois déjà vous laisser, j’ai rendez-vous avec mon Personal Trainer. Eh oui, après trois enfants, on prend les grands moyens, et à la new yorkaise, s’il-vous-plait! Un bon sujet en perspective ça, l’expérience de la maternité: le don de son corps et de son sang pour donner la vie…

Tiens, en plus j’ai déjà entendu ces paroles quelque part!

Bref, je vous laisse du coup avec Florence Foresti en guise d’introduction et je poursuis demain.

Vous pourriez aimer également

1 commentaire

  • Reply Être parent: aimer son enfant pour qu’il nous quitte! 1/3 « Chroniques d'une sexologue new yorkaise 20 février 2013 at 13 h 13 min

    […] reprends ma question d’hier: pourquoi n’est-ce pas ressourçant de s’occuper de ses […]

  • Répondre

    Newsletter